Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 L'origine de l'Homme, sa nature, son essence

 

Recherche

26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 15:55
On compare souvent l'étude de la préhistoire à un puzzle dont on a que quelques pièces et dont on ne connait même pas l'image finale...

Tel est le défi que relèvent les préhistoriens lorsqu'ils  mettent en perspective  des ossements, des vestiges mobiliers ou encore l'art rupestre. Quelles sont leurs méthodes et leurs techniques qui élèvent leurs conclusions au rang des sciences ?

"On découvrira [dans cet ouvrage] comment les préhistoriens redonnent vie à ces objets inanimés et quelles méthodes leurs premettent de reconstituer les faits et gestes des peuples sans écriture."

Un livre fort intéressant, dans lequel on comprend que les découvertes qui alimentent la passion des préhistoriens commence par une approche rigoureuse et fastidieuse, au secours de laquelle viennent heureusement les progrès techniques et technologiques.


Comment travaillent les préhistoriens ?
Initiation aux méthodes de l'archéologie préhistorique

Gilles Gaucher
Vuibert, 2005.


Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Lectures
commenter cet article
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 16:15
La revue britannique Antiquity a publié dans son numéro de décembre 2003 un article intitulé "A Neanderthal face ?" ("Un visage néandertalien ?"), où Michel Lorblanchet et Jean-Claude Marquet font état de la décou­verte d'un objet composite à l'aspect parti­culier.

Dénommé masque, l'objet en ques­tion a été trouvé sur le site moustérien de la Roche-Cotard à Langeais (Indre-et-Loire). Selon les auteurs, il s'agirait d'un témoin de l'art des Néandertaliens prenant place dans le contexte mondial des prémices de la naissance de l'art paléolithique. Sur la question du début de l'art, les préhistoriens restent en effet très partagés, certains ne reconnaissant à l'homme de Néandertal aucune capacité de ce genre. Mais qu'en est-il précisément de cet objet pour le moins énigmatique ? La découverte remonte à 1975. À l'époque, Jean-Claude Marquet fouille devant la grotte de la Roche-Cotard, située sur les rives de la Loire, où il a mis au jour "un lambeau de couche sableuse". Sur un bord du niveau d'occupation, attesté moustérien par l'ou­tillage lithique présent, apparaît un petit bloc de silex (105 x 94 x 41 mm) possédant un orifice naturel en forme de conduit dans lequel est insérée une esquille d'os plate (74 x 15 mm). L'objet "pas ordinaire" est alors étudié puis rangé sous l'étiquette "objet énigmatique" dans les témoins non techniques du musée du Crand-Pressigny. Lorsque Michel Lorblanchet se rend au musée 20 ans plus tard, il interprète l'as­semblage comme étant une protofigurine issue de l'art néandertalien. L'objet a indi­rectement été daté de 32 800 ans BP (avant le présent) ou plus. Pour J.-CI. Marquet, l'intervention de l'homme ne fait aucun doute car "le hasard n'intervient pas trois fois" : l'esquille d'os, cassée à ses extrémi­tés, est enfoncée de manière bien équili­brée ; deux gravillons ont été placés entre l'os et les parois du conduit pour bloquer l'esquille, gravillons qui se distinguent nettement des grains de sable de la couche ; le bloc de silex gélif présente des négatifs d'éclats sur les deux faces qui lui donnent une forme régulière et un aspect symétrique. Il évoquerait en l'état une face humaine ou animale, peut-être de félin. Les extrémités de l'esquille formeraient alors les yeux en relief. Le nez serait arrêté à son extrémité par un enlèvement intentionnel. D'autres retouches affineraient, elles, le front et les joues de cet objet de facture artistique.

Une telle interprétation semble excessive aux yeux de certains préhistoriens pour qui il manque de nombreuses informations. Par exemple, des études tracéologiques portant sur l'os, qui présenterait une cannelure longitudinale, et sur le silex. D'autres inter­prétations, non envisagées par les décou­vreurs, remettraient en cause le caractère artistique de l'objet. Pour Francesco d'Errico, chercheur au CNRS sur l'origine des comportements symboliques au paléo­lithique moyen (Institut de Préhistoire et de géologie du Quaternaire de Bordeaux I), "si l'on admet l'origine anthropique des modi­fications du bloc de silex, il est possible de considérer l'objet comme un poids ayant peut-être été utilisé pour fixer une tente, l'os enfoncé dans le trou facilitant la fixa­tion d'une corde". L'archéologue, qui attri­bue de possibles capacités symboliques aux Néandertaliens, reste sceptique quant au caractère artistique de l'objet. Des marques de comportements symboliques ont déjà été identifiées comme telles chez cette population, telle l'utilisation de pigments en grande quantité (grotte de Pech-de-Aze). Cependant, il n'existe pas d'autres témoins similaires à celui de la Roche-Cotard. Pourquoi cet objet, si l'on en croit le contexte de culture mousté-rienne due aux Néandertaliens, serait-il différent de ceux qu'ils ont effectivement produit sur d'autres sites ? M. Lorblanchet a néanmoins déjà proposé de le comparer à des protosculptures comme celle de Berekhat Ram (Israël). Si l'on écarte la possibilité que la nature soit le seul auteur de cet objet composite, il convient de rester prudent quant à son interprétation. Toutefois il permettra peut-être d'élucider l'énigme de l'existence d'un art antérieur aux hommes modernes en Europe.

Source : Laurence Nicoud, Archéologia n°407, janvier 2004
Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans genre.homo
commenter cet article
15 août 2007 3 15 /08 /août /2007 19:05

Des archéologues italiens ont mis au jour près de Mantoue (nord) les restes d'un couple enlacé, probablement un homme et une femme, enterrés il y a quelque 6.000 ans, a indiqué mercredi à l'AFP Elena Menotti, qui a dirigé les recherches.

 

Découverts lundi lors de travaux dans une zone industrielle, les deux squelettes se font face et leurs fronts se touchent presque, leurs bras et leurs jambes sont emmêlés dans une ultime étreinte.

"Nous avons trouvé ces deux individus enlacés dans une sépulture néolithique. Nous supposons que ce sont un homme et une femme, les tests ADN devraient pouvoir nous éclairer d'ici quelques mois. D'après les premières observations, ils étaient jeunes car leur denture est complète et présente peu de signes d'usure", a expliqué Elena Menotti.

 

"Tout le monde se demande évidemment pourquoi ils ont été enterrés enlacés. Je pense pour ma part que c'est le témoignage d'un grand sentiment d'amour qui a traversé le temps. Car quelle que soit la raison pour laquelle ils ont été mis en terre dans les bras l'un de l'autre, c'est qu'il y avait un sentiment entre eux", a souligné Mme Menotti.

 

L'archéologue réfute ainsi toute idée d'une femme sacrifiée pour être enterrée aux côtés de son mari décédé de mort naturelle: "dans ces cas baptisés les +sacrifices de la veuve+, la femme est mise en terre aux côtés de l'homme et non pas dans ses bras", a-t-elle précisé.

 

Les deux squelettes enlacés et enterrés il y a quelque 6.000 ans ne seront pas séparés, a affirmé mercredi à l'AFP Elena Menotti, qui a dirigé les recherches. "Nous ferons tout notre possible pour conserver les corps dans la position exacte de leur sépulture, il n'est pas question de briser leur étreinte", a indiqué l'archéologue Elena Menotti.

 

Les restes du jeune couple enlacé seront exposés tels quels au musée archéologique de Mantoue, mais leur curieuse posture soulève encore des interrogations parmi les scientifiques.

 

Pour Elena Menotti, c'est tout simplement "le témoignage d'un grand sentiment d'amour qui a traversé le temps. Car quelle que soit la raison pour laquelle ils ont été mis en terre dans les bras l'un de l'autre, c'est qu'il y avait un sentiment entre eux".

Source : Yahoo! / AFP

 

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Les Ancêtres
commenter cet article
10 août 2007 5 10 /08 /août /2007 13:35
Cet ouvrage visite  les  quatre derniers millions d'années sous un angle original, et utilise de façon transversale les différentes connaissances accumulées dans les domaines de l'archéologie , de la paléoanthropologie, de la génétique, ... pour cerner quelles pouvaient être les pratiques et les symbolismes  liés à la sexualité et à la reproduction de nos ancêtres.

Un livre  qui assume ses partis-pris, auxquels on adhérera ou pas, mais qui présente un point de vue dont le mérite est de soulever le débat sur un sujet qui reste sensible, puisque fortement lié à la morale de notre société moderne, et qui demande justement de dépasser notre conception de la sexualité pour l'envisager dans un cadre de repères symboliques différents où toutes les pratiques prenaient peut-être (et même sans doute) des valeurs différentes.


La préhistoire du sexe
Thimothy Taylor
Bayard Editions - Sciences, 1996
Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Lectures
commenter cet article
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 18:10
Le blog Genre.Homo est heureux de vous inviter à découvrir l'album photo d'Oëtzi, cette momie datant du mésolithique découverte dans un glacier autrichien.

L'album photos est accessible ici ; vous pouvez également y accéder par le menu de la colonne de gauche.

+ d'infos sur la vie sexuelle d'Oetzi
Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Les Ancêtres
commenter cet article
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 10:48
Voici, d'après les ossements découverts, quel aurait pu être le visage de l'australopithecus afarensis bébé, que l'on a appelé fille de Lucy, même si celle-ci a vécu quelques 200 000 ans auparavant.
La représentation est une création Kennis et Kennis, la photographie est de Sarah Leen et Rebecca Hale, de la NGS. L'ensemble a été publié dans le 'National geographic" de novembre 2006.

Plus d'infos sur sa découverte



Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Les Ancêtres
commenter cet article
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 13:14

En 1991, on découvrit un cadavre en train de décongeler dans un glacier de l'Ötzal, à la frontière alpine entre l'Italie et l'Autriche. Erica Simon, l'alpiniste qui le repéra le premier, jugea d'abord, à ses proportions délicates, qu'il s'agissait d'une femme, peut-être d'une malheureuse skieuse victime d'un accident lors d'une récente saison de ski. Mais, quand on dégagea le corps de la glace, il apparut clairement qu'il n'avait pas de seins, mais quelque chose qui ressemblait à des organes génitaux masculins. Les restes de ses vêtements et de son équipement étaient étrangement passés de mode, pour ne pas dire d'aucune mode. C'est alors qu'on commença à parler du cadavre de l'Homme des glaces, qu'on surnomma Ötzi.

 Les archéologues estiment que la mort d'Ötzi remonte à plus de cinq mille ans et qu'elle a eu lieu autour de l'an 3300 av. J. C., à la fin de l'âge de pierre ou du néolithique, quand les habitants d'Europe centrale commencèrent à travailler le métal. Il aurait été pris dans le blizzard alors qu'il tentait de passer d'une vallée à une autre en empruntant un col abrupt. Il emportait avec lui un grand nombre d'objets, dont une hache de cuivre et, peut-être, des talismans magiques. Son corps était bien conservé. D'après l'allure générale et l'étude minutieuse de la dentition, on pouvait en conclure qu'il avait entre vingt-cinq et quarante ans au moment de sa mort. Des tatouages étaient encore visibles de part et d'autre de sa colonne vertébrale ainsi que sur ses jambes. Mais ce qui tint vraiment le public en haleine, entre la découverte du cadavre et la publication des résultats de l'autopsie officielle, méticuleuse et soignée, ce fut le mystère de la sexualité d'Ötzi et le lien éventuel de celle-ci avec sa mort.

 

Le sexe d'ötzi

 

Si le scrotum de l'Homme des glaces avait été identifié dès la première étude anatomique, son pénis ne laissait pas d'intriguer ou, plus exactement, son absence apparente de pénis. D'étranges histoires commencèrent à circuler : certains disaient qu'il avait été dévoré par une bête sauvage ; d'autres, qu'il était tombé quand on avait dégagé le corps de la glace ; d'autres encore, qu'il avait été vendu - pour plusieurs centaines de milliers de dollars - à un particulier, grand collectionneur de sexes préhistoriques. On accusa même, tout bonnement, Konrad Spindler, le professeur qui dirigeait les recherches, de l'avoir volé. Selon une autre hypothèse, très appréciée de la presse à scandales, l'Homme des glaces aurait été pris en flagrant délit d'adultère et émasculé par le mari cocufié, avant de parvenir à s'échapper dans la montagne où il aurait péri de froid. On affirma aussi que le scrotum avait été soigneusement « raclé », ce qui nourrit l'idée farfelue qu'Ötzi était un prêtre castré venu du Proche-Orient où, pensait-on, il fallait sacrifier ses organes génitaux pour pouvoir officier dans les temples de la « Grande Déesse-Mère ».

 

Mais quand parut le rapport d'autopsie le plus complet, en 1993, on apprit que les organes génitaux de l'Homme des glaces étaient bien en place. Son pénis, qui n'était pas circoncis, et ses testicules étaient intacts. Simplement, le froid et la glace en avaient singulièrement réduit les dimensions.

 

Le bruit se répandit alors que le sac scrotal contenait encore du sperme utilisable - puisque rapidement congelé, comme dans une banque de sperme aujourd'hui. Un grand nombre d'Autrichiennes demandèrent aussitôt à pouvoir bénéficier d'une insémination artificielle et à porter l'enfant d'Ötzi. Parmi les raisons expliquant cette avalanche de demandes, outre l'attrait pour la nouveauté, le goût de la publicité ou la démence, mobiles fréquents de conduite humaine, pourrait figurer le désir de procréer avec un individu « racialement pur », issu du vieux fond alpin. Les techniques modernes permettent d'accéder à la demande de ces femmes, mais leur application poserait des problèmes éthiques. Comme on ne peut exclure qu'Ötzi ait eu des enfants de son vivant, certains des habitants des Alpes pourraient être ses descendants, deux cents générations plus tard. Et parmi les femmes souhaitant être inséminées, on compterait ainsi ses arrière-arrière-arrière... arrière-petites-filles. Qui sait, d'ailleurs, si toutes ne le sont pas ? Comme l'a fait remarquer le spécialiste d'anthropologie physique Torstein Sjovold, il suffit de remonter cinq mille ans en arrière pour que l'Homme des glaces devienne potentiellement 1'ancêtre de n'importe qui sur terre (même si, dans les faits, c'est quasi exclu par les schémas d'accouplement et les barrières géographiques).

 

Cette envie macabre - et peut-être incestueuse - de faire « revivre » l'Homme des glaces à travers son sperme prouve combien la reproduction sexuelle constitue pour l'homme un moyen de transcender sa déchéance matérielle et d'aspirer à l'immortalité. En lui-même aussi, le sexe comporte une dimension transcendante en ce qu'il ouvre la voie à une expérience qualitativement différente : l'extase.

 

 

Le plus ancien homosexuel connu ?

 

L'Homme des glaces a été doublement « récupéré », par les femmes qui y ont vu un donneur de sperme potentiel, et par les homosexuels qui en ont fait un modèle préhistorique. Selon le magazine viennois Lambda Nachrichten, on aurait retrouvé du sperme dans les testicules mais aussi dans le rectum d'Ötzi : « Ötzi est le premier homosexuel connu [...]. C'était un partenaire passif- cela ne fait aucun doute [...]. La datation du sperme a été faite au carbone [...]. » Cette histoire s'est rapidement propagée dans la presse et parmi les communautés homosexuelles des deux côtés de l'Atlantique. Elle a servi à établir que le mode de vie homosexuel avait un pédigree préhistorique respectable. Certains cercles d'archéologues britanniques ont proposé de voir dans l'étrange bric-à-brac, qui accompagnait le corps, le signe qu'Ötzi était un chaman et de faire de cette sexualité alternative une simple facette de son « particularisme » social. Mais, au bout du compte, cette histoire, tout comme celle du pénis disparu, n'était qu'une pure invention : on n'a jamais retrouvé de semence dans le rectum de l'Homme des glaces.

Ce n'est pas que les recherches aient été vaines. Non, on n'a tout simplement pas cherché de trace de sperme dans le rectum d'Ötzi. D'ailleurs, même si l'enquête avait constaté l'absence de sperme, il aurait été impossible d'en conclure que le rectum d'Ötzi n'en avait jamais contenu. Inversement, la présence de traces n'aurait pas permis d'établir qu'Ötzi était consentant, çt n'aurait rien prouvé quant à ses pratiques sexuelles - on peut avoir des expériences homosexuelles et être victime d'un viol homosexuel. (La nécrophilie n'est pas exclue, quoique l'hypothèse soit peu vraisemblable compte tenu des conditions de blizzard dans lesquelles la mort s'est produite.)

En fait, si on n'a pas cherché de sperme dans le rectum de l'Homme des glaces, c'est tout simplement parce que le rectum n'a pas été identifié. Selon Konrad Spindler, « la région anale du cadavre, jusqu'à la partie osseuse du bassin, avait été détruite par la première équipe [...] qui avait utilisé un burin. Aucun examen des tissus pelviens n'avait été effectué, aucun échantillon prélevé. La tomographie informatisée des organes internes du cadavre, très rétrécis par la déshydratation, n'a pas permis d'identifier le rectum. » De toute façon, même sans cette impossibilité de fait, on peut se demander si l'examen du rectum d'Ôtzi était prévu. Comme le dit Spindler, les « propos souvent absurdes des médias » les ont soumis, lui et ses collègues, à une très forte pression pendant les premiers mois qu'a duré l'autopsie du cadavre.

 

Dans son livre sur l'Homme des glaces, Spindler présente une analyse assez détaillée (mais sans aucune illustration) de la région génitale de l'Homme des glaces. L'auteur dit s'être senti obligé de procéder ainsi en raison des hypothèses farfelues avancées par la presse. En temps normal, il n'aurait pas été « nécessaire de s'attarder si longuement sur les parties les plus intimes du cadavre de l'Homme des glaces, écrit-il, mais les spéculations sauvages exigent, pour être réfutées, des faits scientifiquement avérés [...]. Pour nous, un homme du néolithique est un objet d'étude [...] mais nous sommes obligés de tenir compte des règles éthiques et morales propres à notre société. » Or le théologien jésuite Hans Rotter leur avait « demandé de faire preuve de piété, malgré l'intérêt scientifique du cas, et de respecter la dignité humaine de l'Homme des glaces par-delà sa mort ».

Si le point soulevé est important, le raisonnement dont il découle est confus. Spindler prétend que la sexualité de l'Homme des glaces est une affaire « privée », alors que personne ne peut l'affirmer. Même dans cette hypothèse, savons-nous quelles régions du corps étaient impliquées dans la sexualité d'Ötzi ? Dans certaines sociétés, la nuque et les pieds sont des parties sexuelles et intimes, et nous ignorons ce qu'Ötzi jugeait sexuel ou intime. Cela n'a d'ailleurs pas empêché l'équipe de Spindler de soumettre à toutes sortes d'examens la quasi-totalité du corps d'Ötzi et l'ensemble de ses affaires. Or qui peut dire s'il ne s'agissait pas d'objets sacrés ou même tabous ?

 

Extrait de « La préhistoire du sexe »
Timoty Taylor
Bayard Editions

 


+ d'infos sur Ötzi

Ötzi en images

 

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans genre.homo
commenter cet article
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 11:46

Stonehenge, dont le nom signifie « les pierres suspendues », est un monument mégalithique circulaire érigé entre 3 100 et 2 000 av. J.-C., au Néolithique et à l'Âge du bronze. Il est situé à 13 km au nord de Salisbury (comté du Wiltshire, Angleterre).

Stonehenge.jpg

L'ensemble du site de Stonehenge, et le cromlech d'Avebury, situé à une trentaine de kilomètres au nord, sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Stonehenge se compose de 4 ensembles concentriques de pierres :

  • L'ensemble externe est constitué de grands blocs de grès rectangulaires qui forment un cercle de 30 mètres de diamètre (2100-2000 Av. J.C.).

  • A l'intérieur un deuxième cromlech constitué de blocs plus petits.

  • Puis en ensemble de trilithes en grès, composés chacun de 2 blocs verticaux surmontés d'un linteau. Ils sont disposés en fer à cheval et à l'intérieur se trouve un bloc de grès évoquant une pierre d'autel.

  • Le monument est ceinturé d'un fossé circulaire de 104 mètres de diamètre (3100-2300 Av. J.C.), et d'un talus ou furent creusés 56 puits : les trous d'Aubray.

 

stonehenge-dessin.gif



Dans ce cercle on peut voir des monolithes de grès et des pierres plus petites : les pierres bleues (1550-1100 Av. J.C.).

Sa construction aurait donc débuté en 3100 Av J.C par la fosse circulaire et le talus formant l'enceinte. Vers 2500 Av J.C une structure en bois est érigée au centre. Vers 2000 Av. J.C. érection du monument circulaire.

 




Stonehenge et l'astronomie

 

Il avait déjà été remarqué au 18ème siècle que les grands trilithes et les Bluestones étaient ouverts en direction du soleil levant de milieu d’été. Il n’en fallut pas moins pour dire que ce monument était en rapport avec un culte solaire. C’est plus récemment que l’astronome Gérald Hawkins à découvert que Stonehenge était plus qu’un temple mais un calculateur astronomique.

 

En effet, celui qui a construit Stonehenge avait une connaissance astronomique précise du chemin du soleil, car son alignement correspond très exactement au levé du soleil le jour du solstice d’été. De plus peut être était-il employé pour prévoir des événements astronomiques solaires/lunaires tels que des éclipses.

 

Il faut aussi noter que cet emplacement (comme d’autre monuments mégalithiques) ne devait pas être anodin pour ceux qui l’ont construit, et qu’il aura fallu de remarquables efforts pour transporter certaines pierres sur de longues distances.

 




Les trous d’Aubray
selon F HOYLE (astronome)

 

Le nombre de 56 est le plus petit permettant une excellente précision de simulation des mouvements de la lune et du soleil.

 

1. Avancer un marqueur figurant le soleil de deux trous en 13 jours.

2. Avancer dans le même sens un marqueur pour la lune de deux trous par jour.

3. Avancer en sens inverse deux marqueurs diamétraux de trois trous chaque année.

 

On s'expliquerait cette fois les grandes dimensions du cercle d'Aubray, modèle de l'univers, cette structure possèderait un rôle symbolique essentiel avant son rôle fonctionnel de calculateur analogique. Lorsque les marqueurs du soleil et de la lune sont aux extrémités d'un même diamètre (pleine lune) et que cette direction correspond exactement à celle de la ligne des nœuds il y a une éclipse totale de lune (les hyperboréens avaient connu le mouvement circulaire de la lune et du soleil). Un tel niveau de savoir se situe très au dessus de celui atteint par l'astrologie chaldéenne à son apogée, un millénaire plus tard. Avec une avance de deux trous tous les 13 jours, le marqueur figurant le soleil exécute le tour du cercle en 364 jours, l'erreur sur l'année vraie est seulement de 1 jour et 6 heures, il suffit d'une remise à jour annuelle, par exemple au solstice d'été. Avec son avance de deux trous par jour, le marqueur figurant le lune s'avère exacte, puisqu'il fait le tour du cercle en 28 jours. Les marqueurs figurant le ligne de nœuds (3trous tous les ans) leur fait exécuter un tour en 18,27 ans (chiffre exacte 18,6).



Sources :

a525g.com
Wikipédia

 

 

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans genre.homo
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 10:58

Qu'est-ce que l'homme ?

 

Selon la formule dévastatrice de Platon, c'est « un animal à deux pieds sans plumes». Un poulet peu poilu... J'ajoute : un ravageur imprévoyant; un destructeur invétéré; un saccageur qui n'a d'autre préoccupation que son intérêt immédiat ; une espèce violente envers les autres comme envers elle-même; un danger pour tout ce qui respire. L'homme est un barbare à deux pieds sans plumes... Paul Gauguin demandait, dans un fameux tableau : D'où venons-nous? Que sommes-nous? Où allons-nous ? Ces questions sont à la fois biologiques, écologiques, historiques, sociologiques, économiques, éthologiques, philosophiques, voire métaphysiques. Mais, d'abord, vaniteuses et drolatiques. Aux yeux du philosophe qui n'a jamais entretenu d'illusions, ou du moraliste qui a perdu toutes les siennes, l'homme est un poulet à deux pieds sans plumes qui descend des bactéries et qui y retourne après avoir saccagé le poulailler. Sauf miracle... Mais, je le rappelle, un miracle est un événement que tout le monde attend pour conjurer la catastrophe, et qui n'arrive jamais. Qu'est-ce que l'homme ? Pour Alexandre Vialatte, « un animal à chapeau mou qui attend l'autobus 27 au coin de la rue de la Glacière » ; pour Philippe Val, de Charlie Hebdo, «un animal qui aime le foot». Pour Aristote, il s'agit d'un être politique et qui parle. Les scolastiques y voient un animal doué de raison. Pour Rabelais, son propre est le rire. Pour Descartes, c'est la pensée (le cogito). Pour Hobbes, « l'homme est un loup pour l'homme ». Pour Kant, il incarne celui qui juge. Pour Marx, celui qui travaille. Pour Bergson, celui qui crée... Pour Freud, il est affublé d'un inconscient et de divers complexes ridicules. Pour le sociologue, il est grégaire comme le termite et le rat. Pour les religions monothéistes, c'est la seule créature à laquelle Dieu ait offert une âme immortelle. Pour la Bible, l'Éternel Ta même conçu à son image. Si c'est le cas (ô paradoxe !), l'Éternel a entamé son suicide; en lançant : « Dieu est mort ! », Nietzsche n'a fait qu'anticiper.

 

Extrait de « L'humanité disparaitra, bon débarras ! »
Yves Paccalet, Arthaud, 2006

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Lectures
commenter cet article
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 13:45
Le paléontologue et l'évolution
Pascal Tassy

Editions 'Le Pommier'


Inclus dans un cycle d'ouvrages qui propose, à concurrence de quatre livres par année, de découvrir les sciences du vivant, Pascal Tassy retrace l'histoire de la paléontologie, et les méthodes qui y sont associées.

Des premières découvertes jusqu'à l'utilisation de l'informatique au service des décrypteurs d'os, ce sont toutes les interrogationset les réponses qui y ont été apportées qui sont passées en revue. A travers ce tour d'horizon, toutes les conceptions de l'évolution et du cheminement de la vie y sont abordées, confrontant les points de vue convergeants et divergeants pour une approche scientifique de la  nature,  considérée dans sa plus vaste dimension : la multiplication des formes de la vie au cours des milliards d'années.

Un livre passionnant, mais qui nécessite une première approche de la discipline pour en saisir toute la profondeur : il ne se feuillète pas, il se lit et se relit avec attention pour en prendre toute la richesse.
Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Lectures
commenter cet article