Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 L'origine de l'Homme, sa nature, son essence

 

Recherche

31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 11:54

II y a 2 millions d'années apparaît, en Afrique orientale, un homme très différent de ceux qui l'ont précédé: grand et longiligne, Homo ergaster est le premier pur marcheur.

 

 

H1MT2-Homo-Ergaster.jpgD'abord baptisé Homo erectus lors de sa découverte au Kenya dans les années 1970, cet homme daté de 1,5 à 1,9 million d'années a, par la suite, été renommé Homo ergaster en raison de sa morphologie légèrement différente, plus gracile. Sa parenté avec Homo erectus, que l'on avait trouvé plusieurs décennies auparavant en Chine (le « sinanthrope ») et à Java (le « pithécanthrope »), est toutefois très étroite. Plus récent (200000 ans à 1,5 million d'années), l'Homo erectus asiatique se distingue de son ancêtre africain par une morphologie plus trapue, une taille plus faible (1,65 m), un cerveau plus gros et des os du crâne plus épais. L'espèce Homo ergaster n'est pas encore reconnue par tous les spécialistes. Pour ceux, de plus en plus nombreux, qui considèrent cet­te espèce comme valide, Homo ergas­ter représente celui qui est apparu dans la savane africaine et Homo erectus celui qui a émigré jusqu'en Extrême-

 

Orient. Homo ergaster a également atteint l'Europe, où il a donné un type d'Homo erectus légèrement différent de celui d'Asie (rebaptisé Homo heidelbergensis) et qui a évolué sur place pour donner l'homme de Neandertal.

 

 

 

 

 

Une morphologie particulière

 

Si ergaster signifie « artisan » et erectus « qui se tient debout », il est évident que le dernier venu de la savane est-africaine était à la fois les deux. Si les premiers Homo ergaster taillent des outils rudimentaires (galets aménagés), ils développent, à partir de - 1,6 Ma, un outillage plus élaboré. Grand, dépassant 1,70 m pour 60 à 70 kg, Homo ergaster a fait de la bipédie son moyen unique de locomotion, ce qui l'autorise à conquérir les milieux découverts. Il marche en posant d'abord le talon, comme nous (les bipèdes plus anciens posaient le bord externe du pied en premier, ce qui rendait la marche moins dynamique et moins assurée). Longiligne, il est également doté d'une physiologie de coureur. Ses épaules sont plus larges, ce qui éloigne les bras de la colonne vertébrale et renforce ainsi leur action stabilisatrice durant la marche. L'appareil masticateur s'est réduit, et la mandibule est plus gracile que celle d'autres hommes contemporains, comme Homo habilis.

 

 

 

Son cerveau est également nettement plus gros (750 à 950 cm3). Les asymétries entre les H-ergaster.jpgdeux hémisphères sont très marquées, et les lobes frontaux du cerveau (associés aux facultés de relation) sont plus importants. Un volumineux bourrelet sus-orbitaire barre cependant encore le front d'Homo ergaster.


On pense que c'est à partir d'Homo Ergaster que le genre Homo a perdu sa fourrure. Une épaisse fourrure protège en effet bien de l'ensoleillement, mais ne permet pas d'évacuer la chaleur produite lors des déplacements, évacuation qui ne peut se faire qu'avec une pilosité réduite. Il est donc très probable que les Homo Ergaster, très actifs et très mobiles, étaient dépourvus de fourrure pour survivre sous le climat tropical africain.

 

 

 

 

Plusieurs hominidés contemporains

 

II y a 1,8 million d'années environ, pas moins de 5 es­pèces d'hominidés bipèdes coexistaient en Afrique orien­tale et méridionale. Une situation exceptionnelle, qui ne se reproduira plus jamais dans notre histoire. Deux espèces de paranthropes, l'une en Afrique orientale (Paranthropus boisei), l'autre en Afrique du Sud (P. robustus), et une espèce d'homme (Homo ergaster), se parta­geaient les savanes ouvertes. Homo ergaster, bipède plus accompli, devait probable­ment se déplacer davantage que ses cousins à la robuste mâchoire. Les deux autres espèces d'hommes, Homo rudolfensis et Homo habilis, devaient fréquenter les abords de zones plus boisées.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans Les Ancêtres
commenter cet article

commentaires