Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 L'origine de l'Homme, sa nature, son essence

 

Recherche

13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 16:55
Une équipe internationale de chercheurs a achevé le séquençage du génome du macaque rhésus qui révèle que l'homme partage avec ce cousin éloigné 93% des gènes et permet de mieux comprendre en quoi les humains diffèrent des autres primates, selon une étude publiée jeudi.

Le séquençage du génome du macaque, troisième d'un primate à être séquencé après celui de l'homme et du chimpanzé, ouvre un champ de recherche prometteur pour faire avancer les connaissances sur des maladies des humains, comme le cancer ou le sida, soulignent ces scientifiques dont les travaux paraissent dans la revue américaine Science datée du 13 avril.

"Le génome du macaque rhésus aide à éclairer ce qui rend les humains différents des autres primates", explique Richard Gibbs, directeur du centre de séquençage de l'homme de l'école de médecine Baylor au Texas (sud).

"La comparaison du séquençage du génome du macaque avec celui de l'homme et du chimpanzé nous permet d'avoir un regard sur l'histoire et l'évolution de ces espèces et la manière dont elles ont divergé au cours du temps", ajoute le chef du projet, en grande partie financé par l'Institut national américain de la santé (NIH) et auquel participent plus de 170 chercheurs dans le monde.

"Cela révèle les gènes qui ont joué un rôle déterminant dans les différences entre les espèces", souligne le chercheur.

Le séquençage du génome humain en 2001 a commencé à fournir de nombreux indices sur l'évolution de l'homme mais les chercheurs savaient qu'une comparaison avec les génomes d'autres primates proches serait beaucoup plus fructueuse, relève Richard Gibbs.

En 2005, le séquençage du génome du chimpanzé a permis aux scientifiques de déterminer que l'homme et ce primate, qui ont divergé voilà six millions d'années, sont à 99% identiques génétiquement.

"Avant cette étude, les analyses génétiques comparatives se limitaient à l'homme et au chimpanzé mais comme ils sont tellement proches cet exercice présentait moins d'intérêt", juge Adam Siepel, de l'université Cornell (Etat de New York, est), un des auteurs de cette recherche.

"Les plus grandes différences dans le génome du macaque nous permettent de mieux détecter des changements génétiques subtils qui se sont produits sous la pression de la sélection naturelle", ajoute-t-il.

En comparant des gènes du macaque sur une période plus longue de 25 millions d'années, les scientifiques peuvent apprendre davantage sur les raisons et la manière dont ces modifications génétiques se sont produites, soulignent les auteurs de ces travaux.

Ces chercheurs ont noté que généralement les gènes dans les génomes humain et du chimpanzé ont évolué plus rapidement que chez les autres primates.

Ils ont également identifié quelque 200 gènes montrant des signes d'adaptation qui pourraient avoir été la clé des différences parmi les primates. Il s'agit de gènes jouant un rôle dans la formation des cheveux, de la réponse immunitaire et de la fusion du sperme et de l'ovule, précise l'étude.

La réponse immunitaire particulière du macaque au sida du singe en fait le meilleur modèle animal de recherche médicale sur ce virus chez l'homme, a expliqué à l'AFP Carlos Bustamante, un biostatisticien de l'université Cornell et un des auteurs de cette recherche.

"Le séquençage du génome du macaque combiné à ceux de l'homme et du chimpanzé fournit aux chercheurs un moyen important pour faire avancer la compréhension de la biologie de l'homme et de ses maladies", a résumé Francis Collins, directeur de l'institut de recherche sur le génome humain au NIH.

Le séquençage des génomes du ouistiti, du gibbon et du gorille est en cours.

Source : AFP / Yahoo

Partager cet article

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans genre.homo
commenter cet article

commentaires