Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 L'origine de l'Homme, sa nature, son essence

 

Recherche

27 juillet 2006 4 27 /07 /juillet /2006 16:53
La coévolution désigne l'interaction de deux populations dans le processus de leur évolution, sous l'influence de la sélection naturelle.

Elle se manifeste sous trois formes :

le parasitisme, dans lequel un parasite fait d'un organisme hôte sa niche écologique (lieu d'habitation et de subsistance). Dans ce cas de figure, le parasite n'a surtout pas pour
projet de tuer son hôte, car sa survie dépend de lui, mais de profiter de lui. Les mécanismes évolutifs sont les suivants : le parasite "invente" de nouveaux moyens pour provoquer la rencontre, auquel l'organisme hôte répond par des défenses pour l'éviter ; si la rencontre a lieu malgré tout, l'organisme hôte cherche le moyen de se débarasser du parasite, et celui-ci cherche à éviter de se faire tuer ou débarquer.

Le mutualisme permet à deux espèces de se développer ou se reproduire par l'intermédiaire de l'autre. L'illustration le plus parlante est celle des orchidées de Madagascar et de leurs papillons pollenisateurs : les premières ont des tubes nectarifères de 30 cm de longueur et les seconds ont des trompes de 25 cm ; l'un se nourrit du nectar, et l'autre profite de l'insecte pour se reproduire. Mais, comme l'explique Claude Combes, ce mutualisme reste un acte égoïste dans lequel l'évolution ne va que dans le sens de son interet propre : les tubes nectarifères se sont allongés pour obliger le papillon à embarquer le pollen, et les trompes pour mieux se saisir du nectar.

Enfin, le mécanisme connu sous l'appellation de "théorie de la reine rouge", en référence à un extrait d'Alice au pays des merveilles (Lewis Caroll), recouvre les innovations que produisent les espèces en compétition sur une niche écologique identique.

La coévolution est probablement un des moteurs les plus puissants de l'évolution elle-même. L'histoire de l'humanité, toujours d'après Claude Combes, met en jeu aujourd'hui une nouvelle forme de coévolution, à travers l'interaction du génome et de la culture : le progrès scientifique, par exemple en matière de lutte contre les maladies ou de régulation des naissances, vient exercer une influence notable sur une sélection plus tout à fait naturelle sur l'espèce humaine. Doit-on y voir la clé de l'avenir proche et plus loitain de notre espèce ? La question est posée.

D'après la conférence tenue par Claude Combes le 7 janvier 2000
dans le cadre de l'université de tous les savoirs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans genre.homo
commenter cet article

commentaires