Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 L'origine de l'Homme, sa nature, son essence

 

Recherche

20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 09:21

Tous les hommes actuels descendent-ils en ligne directe de quelques couples de proto-Cro-Magnon venus d'Afrique noire ?

 

La génétique et l'anthropologie

Depuis la découverte du code génétique, support de l'hérédité, dans les années 1950, les progrès en génétique ont permis de comparer les séquences d'ADN de deux individus, de déterminer dans quelle mesure ils diffèrent et, donc, s'ils possèdent ou non un ancêtre commun plus ou moins proche. Au vu de ces succès, l'anthropologie s'est très tôt intéressée à la génétique, en parvenant à définir les relations phylogénétiques existant entre les hominidés, et à démontrer l'extraordinaire parenté génétique du chimpanzé et de l'homme. Peut-on faire mieux et comparer des êtres bien plus proches, des hommes entre eux, pour déterminer à quand remontent leurs ancêtres communs? Cela est beaucoup plus difficile, car l'ADN du noyau cellulaire ne permet pas une telle analyse au-delà d'une poignée de générations. À chaque génération en effet, les patrimoines génétiques hérités des parents sont brassés de manière aléatoire lors de la formation des cellules sexuelles (spermatozoïdes ou ovules). Puis, lors de la fécondation, les ADN des deux parents, donc de deux généalogies distinctes, se mélangent, ce qui complique encore la tâche. Il est donc très difficile de remonter la piste au-delà de quelques générations. Il fallait donc trouver un ADN qui se transmette sans brassage au cours des générations: l'ADN mitochondrial répondait parfaitement à cette attente.

 

L'ADN mitochondrial, un traceur universel

Les mitochondries sont des structures microscopiques, en forme de bâtonnets cylindriques, logées dans le cytoplasme des cellules. Leur rôle est de fournir à la cellule l'énergie nécessaire à son fonctionnement. Les mitochondries ont la particularité de posséder leur propre ADN, l'ADN mitochondrial (ADNmt), qui est différent de celui du reste de la cellule, logé dans le noyau. Contrairement à l'ADN du noyau cellulaire, qui provient à la fois de l'ADN maternel et de l'ADN paternel, l'ADNmt ne provient que de la mère. Lors de la fécondation en effet, le spermatozoïde se débarrasse de ses mitochondries en pénétrant dans l'ovule. De sorte que tout l'ADN contenu dans les mitochondries d'un individu, homme ou femme, lui a été légué par sa mère. En étudiant les gènes (peu nombreux) situés sur l'ADNmt, on peut donc remonter la généalogie d'une personne uniquement du côté maternel, ce qui évite les complexités dues au mélange des gènes des deux parents à chaque génération.

 

Le modèle de l'Arche de Noé

En 1987, deux chercheurs américains, Rebecca Cann et Allan Wilson, ont comparé l'ADN mitochondrial de centaines d'individus originaires des cinq continents et sont parvenus à reconstituer un arbre généalogique commun. Ils ont observé que l'ADNmt est remarquablement homogène chez les humains, et que toutes les populations du monde sont plus ou moins étroitement apparentées aux peuples de l'Afrique subsaharienne. Ils ont déterminé que tous les êtres humains actuels sont les descendants d'une petite population ancestrale africaine qui vivait il y a 150000 à 200000 ans seulement. Ces dates ne sont pas contredites par les fossiles: elles correspondent effectivement à l'âge des plus anciens fossiles d'Homo sapiens découverts récemment en Afrique orientale (Homo sapiens idaltu), lesquels auraient ensuite émigré via le Proche-Orient pour s'installer, en une centaine de milliers d'années, sur les cinq continents.

 

Ainsi, un seul groupe d'individus nés en Afrique aurait donné naissance à tout le genre humain actuel en se répandant à travers le monde. Cette théorie, en ce qu'elle fait remonter l'origine de tous les humains actuels a des ascendants africains, a reçu le nom de « Out of Africa ». On l'appelle aussi « modèle de l'Arche de Noé », car elle rappelle le mythe biblique selon lequel Noé et ses fils auraient entièrement repeuplé la Terre, désertée de toute vie, après le Déluge.

 

 

5000 Eve pour tous?

Faut-il pour autant conclure que les études menées sur l'ADN mitochondrial nous conduisent à une femme, une « Eve mitochondriale », qui serait aux origines de l'homme actuel? Pas du tout. Des estimations de la taille de la population féminine ancestrale nécessaire pour produire les variations observées dans l'ADN mitochondrial chez les humains actuels font état d'environ 5000 femmes « fondatrices ». Cela ne signifie nullement, bien entendu, qu'il s'est trouvé un groupe de pionniers, il y a 150000 ou 200000 ans, constitué de 5 000 « Eve » vivant dans un même groupe social en compagnie de 5000 « Adam » !

En fait, ce calcul signifie seulement que le lignage génétique des mitochondries de ces quelque 5000 femmes (qui n'étaient probablement pas contemporaines) est le seul qui soit parvenu jusqu'à nous; toutes les autres lignées génétiques, certainement très nombreuses, se sont éteintes à un moment ou à un autre, sous les coups de la famine, des épidémies et autres phénomènes naturels.

 

Et Adam?

Parité oblige, de récentes études ont également été menées sur l'ADN du chromosome Y masculin, qui se transmet uniquement de père en fils. Cette étude révèle là aussi, semble-t-il, une origine commune africaine, plutôt est-africaine, mais soulève en même temps un problème de taille: les ancêtres communs mâles de l'humanité actuelle ne remonteraient qu'à 60000 ans! Cet important écart d'âge entre les « Eve mitochon-driales » et les « Adam chromosomiques » souligne, s'il en était besoin, les limites de ce type d'études.

 

D'importantes contestations

À cette théorie « Out of Africa » de l'Arche de Noé, certains chercheurs, en l'absence de preuves mieux établies, opposent une autre théorie, tout aussi valable: la théorie dite du « Candélabre » (ou du multirégionalisme). Selon eux, il n'y aurait eu qu'une seule grande émigration venant d'Afrique, celle menée par les Homo ergaster il y a près de 2 millions d'années. Cette souche originelle forme le tronc commun, la base du candélabre. À partir de ce tronc commun, différents types d'Homo erectus se seraient individualisés en Afrique, au Proche-Orient, en Chine et en Indonésie (ce sont les différentes branches du candélabre). Et chaque type local d'Homo erectus serait à l'origine d'un des grands types humains actuels (Homo sapiens). Selon cette théorie, l'homme actuel serait donc apparu progressivement, de manière simultanée, en différents endroits de l'Ancien Monde. Ardue du point de vue scientifique, la question de l'origine unique 'africaine) ou multirégionale (candélabre) de l'Homme actuel fait actuellement l'objet d'intenses débats.

 

 

Source : Les origines de l'Homme
Erick Seinandre
Petite Encyclopédie Larousse

Partager cet article

Repost 0
Published by Homo Sapiens - dans genre.homo
commenter cet article

commentaires